Energies renouvelables au Maroc : IFMEREE Oujda

Energies renouvelables au Maroc et employabilité : L’Institut de Formation aux Métiers des Énergies Renouvelables et de l’Efficacité Énergétique d’Oujda, un modèle d’excellence.

Energies renouvelables au Maroc et employabilité : IFMEREE Oujda

Lors de la quatrième édition d’Engie Innovation Week, organisée par ENGIE North Africa en mai 2018, Meryem CHAEIB, Yassine ADHAR et Hatim Abdellah SABER, tous les trois étudiants en deuxième année de la filière « Exploitation de Biogaz » à l’Institut de Formation aux Métiers des Énergies Renouvelables et de l’Efficacité Énergétique (IFMEREE) à Oujda ont vu leur projet de valorisation de déchets organiques sélectionné et primé parmi les trois meilleurs projets innovants de la compétition de l’innovation verte, lancée par Engie North Africa.

Le projet « VALDECG », de Meryem, Yassine et Hatim, propose des solutions à forte valeur ajoutée pour valorisation des déchets organiques, à travers des digesteurs mobiles ou stables, et ce, afin de produire du biogaz et des fertilisants agricoles.

Meryem, Yassine et Hatim font partie des stagiaires du tout nouvel Institut de Formation aux Métiers des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétiques (IFMEREE), un pôle d’excellence unique au Maroc, ouvert en 2015, à Oujda. Ils ont été retenus suite à un concours post baccalauréat de l’enseignement secondaire scientifique ou technique. L’IFMEREE leur propose un diplôme de technicien spécialisé (BTS) dans cinq filières de formation initiale diplômante et des formations continues et de perfectionnement, à savoir: Systèmes Solaires Thermiques, Systèmes Solaires Photovoltaïques, Systèmes Eoliens Efficacité Energétique dans le Bâtiment et Biogaz.

Répondre aux besoins d’un nouveau marche et améliorer l’employabilité

L’IFMEREE Oujda est le premier des trois Instituts que le Maroc a lancé dans le domaine de la formation aux métiers verts, avec le soutien financier de l’Union européenne, et afin de répondre aux besoins d’un marché des énergies renouvelables en croissance. En effet, la Stratégie énergétique du Maroc prévoit que la part des énergies renouvelables dans la production électrique atteigne 52% d’ici à 2030.

Les investissements consentis, notamment dans le solaire et l’éolien, que l’Union européenne accompagne également, témoignent de la volonté du Royaume d’entamer sa transition énergétique. 50.000 emplois sont prévus d’ici à 2020, pour lesquelles un besoin en formation professionnelle spécifique requière la présence d’instituts spécialisés comme les IFMEREE.

Deux autres IFMEREE sont en construction à Tanger et Ouarzazate. L’IFMEREE Oujda, opérationnel depuis la rentrée novembre 2015, a déjà vu deux promotions sortir, en juin 2017 et juin 2018 et avec une parité femmes-homme presque égale. A terme, les trois IFMEREE formeront 1000 personnes par an.

« La promotion de l’entrepreneuriat de l’innovation est au cœur de nos priorités, a déclaré M. Mohamed SEMMAA, directeur de l’IFMEREE Oujda. Nous souhaitons ainsi renforcer l’employabilité et l’insertion professionnelle de nos stagiaires». En plus des possibilités de formations par alternance avec l’entreprise, plusieurs autres initiatives ont été menées pour stimuler l’esprit entrepreneurial et accompagner les stagiaires porteurs de projet de création d’entreprise. C’est d’ailleurs cette orientation stratégique qui a permis à des stagiaires comme Meryem, Yassine et Hatim de développer des projets innovant et de voir leurs efforts distingués. « Nous sommes fiers d’avoir ainsi pu accompagner 18 projets de créations d’entreprises pour nos stagiaires, a dit M. SEMAA. »

L’IFMERRE Oujda propose également des sessions de formation continue aux salariés des entreprises du secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique de la région. Cette offre émane d’une réalité d’un marché en constante évolution et développement que l’IFMEREE suit de près, grâce, notamment, à une infrastructure de pointe. L’IFMEREE est doté d’ateliers de dernière génération avec un matériel de pointe pour une formation identique à celle dispensée dans les usines.

IFMEREE Oujda : Un bâtiment selon les principes du développement durables

Les locaux de l’IFMEREE Oujda se veulent également un exemple en termes d’utilisation des énergies renouvelables. Ils ont été conçus selon des principes tels que :

1- L’orientation et le positionnement des bâtiments qui permettent une optimisation des couts d’éclairage.

2- L’Intégration de stations solaires dans l’architecture des bâtiments avec la production d’énergie solaire photovoltaïque à partir de station solaire et La production d’énergie solaire thermique par production d’eau chaude solaire;

3- La Mise en œuvre d’un puits canadien pour le réchauffement et le refroidissement de l’air du bâtiment principal avec un système de by-pass entre l’internat aux étages et l’administration au RDC.

4- Le traitement des eaux grises et l’utilisation du pompage solaire pour l’entretien des espaces verts.
Usage de différentes techniques d’isolation des bâtiments

5- La mise en place de capteurs solaires, de détecteurs de présence et de luminaires à faible consommation.
Ces mesures ont permis une réduction des émissions de CO2 équivalente à 6,1 hectares de forêt plantée par an.

Un mode de gestion innovant

Initiés par le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP), les IFMEREE sont des instituts de formation développés en Partenariat Public-Privé (PPP) avec une gestion déléguée au secteur privé. La société IFMEREE S.A est composée d’acteurs publics du secteur des énergies renouvelables et des fédérations sectorielles du domaine. Ils traduisent une vision intégrée de la stratégie marocaine de développement des énergies renouvelables, qui va de l’investissement en infrastructure à la formation des besoins en ressources humaines dans le secteur au développement de capacités de production (centrales éoliennes, solaires…).

Les partenaires concernés sont la Fédération Nationale de l’Electricité, de l’Electronique et des Energies Renouvelables (FENELEC), la Fédération des Industries Métallurgiques, Mécaniques et Electromécaniques (FIMME), la Moroccan Agency for Solar Energy (MASEN), l’Office National de l’Electricité et de l’Eau potable (ONEE) et l’Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique (ADEREE).

Ce projet, dont le coût total pour les trois instituts d’Oujda, Tanger et Ouarzazate a été estimé à 285 Millions de dirhams (26 millions d’euros), est réalisé avec la soutien financier de l’Union Européenne (10 millions d’euros), de l’Agence Française de Développement (10 millions d’euros), de la Coopération Allemande (2 millions d’euros) et du Royaume du Maroc (4 millions d’euros).

L’Union européenne intervient activement au Maroc dans les secteurs de la formation professionnelle et énergétique, que ce soit via un appui budgétaire à la formation professionnelle (60 millions d’euros signée en novembre 2016) ou le financement des grands projets d’infrastructures énergétiques tels que les Centrales Noor à Ouarzazate et bientôt celles de Midelt, et l’encouragement de la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement durable et de la stratégie nationale d’efficacité énergétique (à travers le programme Croissance verte et compétitivité de 105 M Euros qui avait notamment permis la participation à hauteur de 5 millions d’euros à l’organisation de la COP22 et inclut un axe dédié au développement de l’économie verte au Maroc).